Menu

Maison vivante


Végétaliser, créer des refuges et passages, récupérer l'eau

Durant le cours, les participants réalisent un checkup biodiversité de leurs alentours

  • prévoir des mesures de sécurité pour la faune
  • favoriser les connexions entre les habitats naturels
  • analyser les mesures permettant de réduire les îlots de chaleur
  • améliorer la gestion de l'eau (écoulement, infiltration, récupération)
  • analyser les implications en terme de coûts et de difficultés techniques d'un point de vue architectural pour la mise en place de ces mesures

Inscription

Inscriptions sur liste d'attente à info@upjurassienne.ch


Portraits

Animateurs

Helen Remondino

Architecte, mue par la création d'une architecture individuelle, respectueuse envers les ressources naturelles et intégrée à l'environnement proche.

Elle est spécialisée dans les aménagements de structures sur les façades pour favoriser les plantes grimpantes et dans les alentours pour créer des refuges pour la faune.

Après de longues années en Suisse alémanique, elle a fondé son atelier d'architecture dans le Jura, d'abord en Ajoie, et est installée aujourd'hui à Delémont.

Pauline Guillemin

Biologiste de formation, diplômée de l’Université de Lausanne, elle est spécialisée entre autres dans les amphibiens et la biodiversité en ville.

Avec les préoccupations récentes concernant le climat et la déclin de la biodiversité, elle se spécialise dans les aménagements adaptés aux changements climatiques ainsi que pour lutter contre les îlots de chaleur.

Elle travaille depuis 4 ans dans un bureau de biologie et écologie appliquée basé à Delémont.

Pièges et dangers

Clôtures et murs, bassins d'eau, vitres représentent autant de pièges et de danger pour la faune:

Des mesures simples et efficaces permettent de garantir la mise en réseau des milieux naturels et faciliter leur accès à la petite faune:

  • clôture: la remplacer par une haie ou laisser un passage
  • mare: adapter la pente trop raide ou disposer une rampe de secours
  • vitres: remplacer les autocollants par des objets mobiles et réfléchissants (CD, bandes d'aluminium)


Les chauves-souris

Ces mammifères protégés sont surtout menacés par la présence de pesticides et par la baisse de diversité chez les insectes, leur unique source de nourriture ! Renoncer aux pesticides et planter des espèces indigènes sont des actions qui favorisent l’augmentation de la densité d’insectes et protègent donc les chauves-souris.
De plus, accrocher des nichoirs spécialisés permet d’accroître le nombre de niches actuellement en diminution dans les nouvelles constructions.

(extrait de la brochure "Jardins vivants", office de l'environnement du canton du Jura)

Le jardin pluvial

Il s'agit d'une zone de jardin prévue pour la réception des eaux de pluie du toit. L'aménagement du jardin pluvial est un très bon moyen d'infiltration. Si vous désirez utiliser l'eau de pluie pour vos propres besoins, le jardin pluvial peut très bien être alimenté uniquement par le trop-plein de la réserve d'eau (extrait de la brochure "Jardins vivants", office de l'environnement du canton du Jura)

Réalisation : NoPixel